Où en est-on du pass culture ?

Le pass culture figure parmi les priorités de la ministre de la culture : non pas un « gadget » mais plutôt une « révolution » d’après ses propos lors d’une interview donnée au journal Le Monde le 18 décembre dernier.

Un « GPS » de la culture

Françoise Nyssen a alors précisé les fonctions du nouveau dispositif : « Le pass permettrait d’accéder à de l’offre en ligne, mais aussi de connaître toute l’offre culturelle à proximité : où acheter un livre, où trouver un stage de hip-hop ou de théâtre, etc. Ce sera comme un GPS de la culture ». Le pass culture est envisagé à ce jour comme une application mobile téléchargeable par tous et créditée de 500€ pour tous les jeunes de 18 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un financement global évalué entre 104 et 425 millions d’euros.

Le projet de loi de finance précise que « ce nouveau dispositif permettra aux bénéficiaires, via une plateforme dédiée, de financer des biens et services culturels variés à travers, d’une part, la fréquentation d’œuvres dans les lieux culturels et les festivals, et d’autre part, l’acquisition de livres ou l’accès à des œuvres cinématographiques, audiovisuelles et musicales », ajoutant que « son champ doit encore être précisément défini ».

Une mise en place en septembre 2018

Dans cette même interview accordée au Monde, la Ministre annonçait le lancement des travaux de ce qu’elle a nommé « une startup d’Etat », chargée d’élaborer le pass culture qui devrait être mis en place en septembre 2018. Ce même jour à la Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, trois classes de lycéens des filières générale, professionnelle et technologique participaient au premier atelier sur le sujet.

Un dispositif similaire en Italie et en Région Paca …

A titre de comparaison l’exemple de nos voisins italiens n’a pas rencontré un succès très affirmé avec le « Bonus Cultura » lancé en 2017. Un « bilan mitigé » où, en un an, 40% des jeunes ne l’on pas réclamé. Un marché noir est apparu dans lequel les 500 euros de bonus se revendaient sur les réseaux sociaux ou encore en échange de « cash » auprès des commerçants. Le produit le plus consommé par le Bonus Cultura ? Des livres scolaires. Si les raisons de ces résultats sont encore à préciser, la reconduction du Bonus Cultura a été conclue après avoir été mise en question par le gouvernement italien.

Le e-Pass jeunes de la Région PACA lancé le 30 novembre dernier, compte déjà, en un mois et demi, plus de 33 000 e-Pass jeunes commandés, soit environ 1.000 pass commandés par jour. Adapté aux habitudes des jeunes générations, l’e-Pass  jeunes prend la forme d’une carte et donne accès à un site internet ainsi qu’à une application. Deux plateformes qui informent sur l’offre et les pratiques culturelles. Les orientations sont très précises, une inscription en ligne offrant 60 euros pour acheter : des livres (28 €), des places de cinéma (12 €), des places de spectacle (10 €) et d’assister à des spectacles dans le cadre scolaire (10 €). Il donne également accès à des « bons plans » (rencontres d’auteurs, d’artistes, de metteurs en scène, invitations à des tournages, des répétitions, des avant-premières…). Il s’agit d’un pass destiné à la découverte de la variété culturelle, et ce sont notamment les 400 partenaires sur l’ensemble de la région qui s’avèrent être un important moyen de communication. L’objectif de ce pass : « encourager et faciliter l’accès des jeunes à la culture », mais aussi « donner le pouvoir d’achat à la famille » selon Renaud Muselier, le Président de la région PACA. Une réponse au constat de Ludovic Perney, conseiller régional délégué à la Jeunesse : « on s’est rendu compte que la culture arrive souvent en dernier ressort dans le budget des jeunes, or c’est quelque chose de très important car ça leur permet de s’ouvrir ».

Des critiques et attentes de précisons…

Différentes critiques et écueils ont été soulevés, fondés en partie sur les difficultés d’expériences similaires en région et à l’étranger : financement insuffisant et qui pourrait peser sur les collectivités, absence de médiation culturelle garantissant la diversité, risque d’un effet d’aubaine pour les GAFA comme pour les publics ayant déjà accès à la culture, crainte d’un doublon avec les dispositifs existants en région… Lors de l’examen des crédits du pass culture, différents parlementaires ont d’ailleurs pointé du doigt le « flou » qui entoure ce dispositif.

 

Un dispositif national, « un nouveau service public universel de la culture » selon la Ministre, le pass culture serait-il la véritable solution pour donner l’envie de la culture ou s’agirait-il d’une « fausse bonne idée »? Le pass culture doit sans doute être accompagné de moyens pour susciter l’envie et la découverte, afin de devenir la « porte d’entrée vers l’ensemble de l’offre culturelle » comme le souhaite la Ministre.

0 Comments
Leave a reply